parfum

Entre cuir et gourmandise avec Traversée du Bosphore de l’Artisan Parfumeur

dimanche 10 avril 2016 Sam Poupou 3 Comments

Cela fait plus d'un an que j'ai commencé à m'intéresser un peu aux parfums de niche, si bien que j’ai presque délaissé les marques de parfum conventionnelles que l’on voit un peu partout.



Ce petit déclic est arrivé lorsque j’ai fait le constat que beaucoup de marques « mainstream » ont décidé de revisiter leurs grands classiques en rendant leur jus de base plus moderne afin de séduire un public encore plus jeune. Je suis une adepte de Shalimar de Guerlain depuis des lustres et le fait d’avoir découvert sa version édulcorée appelée Souffle de Parfum a été la goutte de parfum qui a fait déborder le flacon…



Un jour, en allant flâner au Bon Marché, je me suis arrêtée sur le corner de l’Artisan Parfumeur pour y découvrir quelques références. Ayant cerné mes goûts olfactifs de base, la conseillère m’a dirigée vers deux fragrances qui ont eu l’effet d’une claque en pleine poire tellement ils m’ont évoquée des souvenirs enfouis ou des sentiments profonds. Faut dire que la vocation de l’Artisan Parfumeur est de concevoir des parfums faisant appel à l’affectif et aux émotions, chose pour laquelle je me reconnais pleinement dans cette marque.



Le packaging est très beau : le flacon est juste orné d’une étiquette en dégradé allant du rouge vif au bleu motif bleuté. Cette dernière évoque le Bosphore et un paysage de mosquées et de minarets.

Au niveau olfactif, Traversée du Bosphore a eu l’effet d’une bombe lorsque je l’ai senti. Et l’ayant testé sur la peau sur une journée, mon coup de cœur énorme s’est bel et bien confirmé.



Notes de tête : Pomme, Notes Fumées, Safran
Notes de cœur : Rose, Tulipe, Pistache
Notes de fond : Muscs Blancs, Cuir

Bertrand Duchaufour qui compare le parfum en général à une œuvre d’art, a voulu recréer l’atmosphère et les souvenirs recueillis lors de son voyage à Istanbul par ce beau parfum, un peu comme une boîte à souvenirs que l’on ouvre lorsque l’envie nous prend de nous remémorer un beau voyage riche en effluves et en évasion : l’odeur de cuir des tanneries, les senteurs sucrées des loukoums à la rose, l’odeur fumée de la chicha…c’est un vrai voyage olfactif qui s’y dessine.

Dès les premières effluves, on sent tout de suite que l’on a affaire à un parfum tout en rondeur : ce voyage olfactive commence avec une note fraîche très fugace qui laisse place immédiatement à quelque-chose de plus fumé et d’épicé, un peu comme une fumée de narguilé à la pomme verte légèrement acidulé qui s’échappe immédiatement et qui laisse place à une odeur de tabac fumée mais agréable.



Ce côté un peu solaire laisse peu à peu place à des senteurs plus gourmandes et beaucoup plus subtiles, choses que je n’avais jamais découvertes auparavant avec un autre parfum : là, je me vois au cœur d’une pâtisserie orientale dont les présentoirs sont couverts de loukoums à la rose glacés de sucre et relevés d’une pointe de pistache. Assez déroutant au début quand on a  déjà mangé ces derniers dans sa vie car se voir manger son parfum est une sensation inattendue. C’est cet effet loukoum assez persistant sur ma peau qui m’a fait fondre !

Ces notes subtilement gourmandes s’évaporent petit à petit pour laisser place à une odeur de cuir aux accents moelleux et bien travaillés et adoucie grâce à la présence de l’iris. C’est fou ce que j’ai aimé la façon dont évolue ce parfum sur ma peau ! Moi qui pensais ne pas aimer les accords cuirés, je n’aurais jamais cru que tous ces alliages allaient donner quelque-chose de beau et subtil sur ma peau !



Je suis très très contente d’avoir enfin pu mettre la main un parfum qui me ressemble à 100% : gourmand mais tout en subtilité !

Traversée du Bosphore de l’Artisan Parfumeur est un parfum tout en subtilité qui a réussi à mêler le cuir à des notes sucrées faisant de lui un cuiré-gourmand tout en rondeur et en douceur. L’univers dégagé par ce parfum m’a entièrement conquise et cela me conforte dans mon choix de m’intéresser encore davantage aux parfums de niche et aussi de découvrir un jour Istanbul la magnifique. Il fait désormais partie de mon top 3 de mes parfums préférés !

Traversée du Bosphore de l’Artisan Parfumeur est disponible au prix de 110,00 € les 100 ml.

Vous aimerez aussi

3 commentaires:

  1. je ne connais pas celui mais j'avoue une petite faiblesse pour les parfums de niche, particulièrement les Lutens que je trouve forts et eux aussi , racontant une histoire . De l'artisan, je porte La chasse aux papillons l'été, léger et insouciant, comme mes après-midis d'enfance . bises

    RépondreSupprimer
  2. Tu en parles si bien, il me tente beaucoup. Je pense aller le sentir un de ces jours.

    RépondreSupprimer
  3. @natpiment : les Lutens, j'ai du mal à m'y faire. Je n'y arrive pas. Ah la chasse aux papillons, il plaît à beaucoup de monde. Bisous.

    @cecy : oh merci beaucoup. Et n'hésite pas à me dire ce que tu en as pensé.

    RépondreSupprimer