parfum

Hommage au Moulin Rouge avec 1889 d’Histoires de Parfums

dimanche 29 mars 2015 Sam Poupou 7 Comments

Avec les marques de niche, je vais de révélations en révélations. Et dans ma quête olfactive d’odeurs improbables, il y en a une qui m’obsédait depuis toute petite : l’odeur du rouge à lèvres.



En pensant à cette odeur si particulière, je me revois petite enfilant l’une des robes de ma mère pour ensuite m’armer devant sa coiffeuse de son rouge à lèvres rouge pour me barbouiller les lèvres de façon grossière, si grossière que j’en avais partout sur le visage D’ailleurs, je soupçonne cette fragrance singulière d’être à l’origine de mon addiction pour le maquillage.



Grâce à Marie, j’ai enfin pu trouver cette odeur cosmétique au sein d’un parfum : 1889 – Moulin Rouge d’Histoires de Parfums, une maison qui aime créer des fragrances autour de dates clés ou de personnages et dont les flacons ressemblent à des livres que l’on range dans sa « parfumothèque ».



1889 représente l’année de naissance du Moulin Rouge, haut lieu mythique des nuits parisiennes et de la Belle Epoque qui a accueilli Mistinguett, Ella Fitzgerald, Edith Piaf ou encore Liza Minelli. A travers 1889 – Moulin Rouge, le pari fou de Gérald Ghislain pour les 120 ans du cabaret a été de représenter une odeur féminine et intemporelle : le bâton de rouge à lèvres. Le résultat de ce jus est doux et poudré, un vrai spectacle pour les sens.

Note de tête : mandarine, prune, cannelle
Note de cœur : absinthe, rose de Damas
Note de fond : cœur d’iris, patchouli, musc




A l’image de tous les flacons Histoires de Parfums, celui de 1889 – Moulin Rouge est épuré et sobre. L’allusion au célèbre cabaret parisien est faite à travers le cartouche rouge placé sur l’une des tranches du flacon comprenant le dessin du moulin. La bouteille est fournie dans un bel écrin rouge.



Dès les premières pulvérisations, c’est un beau spectacle qui s’est offert à mes sens : dès le lever du rideau, ce sont des accords ronds et pétillants qui ouvrent le bal avec la prune et la mandarine réchauffées par la cannelle.



Le spectacle se poursuit en laissant place cette fois-ci à la sensualité et à un French Can-Can entraînant grâce à la rose de Damas et à l’absinthe pour finir en apothéose avec le musc et le patchouli pour encore plus de sensualité.



Le rideau tombe et c’est l’iris poudré que l’on perçoit en coulisses pour nous laisser un beau souvenir riche en émotions. C’est ce dernier accord qui reste persistant sur ma peau jusqu’à la fin de la journée, et cela pour mon plus grand plaisir.

1889 – Moulin Rouge d’Histoiresde Parfums représente pour moi le parfum féminin par excellence. A la fois floral et poudré, il a su retranscrire à la perfection l’odeur du bâton de rouge à lèvres de mon enfance et grâce à lui, c’est un beau spectacle olfactif qui s’offre à moi à chaque fois que je le porte.

Si vous aimez les parfums aux odeurs de cosmétiques, vous trouverez 1889 – Moulin Rouge  sur l'e-shop de la marque, chez Jovoy (4 rue de Castiglione, 75001 Paris) ou Marie-Antoinette (5 Rue d'Ormesson, 75004 Paris) au prix de :

87,00 € les 60 m
145,00 € les 120 ml

Vous aimerez aussi

7 commentaires:

  1. Merci pour la découverte !
    Deltreylicious

    RépondreSupprimer
  2. Je vais finir par demander une commission aux marques de parfum lol.
    Au fait Misia il t'avait plu? Et Rouge assassin?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. LOL. Misia on l'a senti ensemble au Printemps lors de notre dernier déjeuner et il m'avait vachement plu. Quant à Rouge Assassin, il est magnifique <3

      Supprimer
  3. Un de mes parfums d'amour ;))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends pourquoi, je ne regrette pas d'avoir mis la main dessus <3

      Supprimer
  4. Je ne connais pas du tout ce parfum, ton article m'a donner envie de le découvrir en tout cas

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il mérite vraiment que tu le découvres ;-)

      Supprimer